Qu’est-ce que l’autisme ?

Our Offerings

© Fondation Jean Allard


L'autisme est considéré comme un trouble du développement neurophysiologique par la communauté scientifique internationale.
Il se manifeste essentiellement par une difficulté, voire une impossibilité de communiquer avec l'entourage. Les signes du handicap sont très variables d'un sujet à l'autre : anomalies de langage, hyper-activité ou hypoactivité, violence envers soi-même ou envers les autres, mouvements stéréotypés... Ils sont souvent accompagnés d'une angoisse latente très profonde. Ci contre, le témoignage très éclairant d'un autiste adulte et verbal, Philippe Desmeules. 
Les symptômes apparaissent avant l'âge de trois ans. Des signes avant-coureurs peuvent même être détectés dès 6 mois. Ces symptômes persistent toute la vie. Bien que des améliorations puissent se produire dans différents domaines, dans la plupart des cas l'autisme constitue un très grave handicap sur le plan verbal, social, intellectuel puisque, à l'heure actuelle, aucun traitement n'a fait preuve de son efficacité au plan curatif.
L’autisme n’est pas une maladie mentale : on l’a trop souvent confondu avec les troubles qui s’y associent.
C’est un handicap qui doit être accompagné à tout âge et
contourné en faisant appel, par une éducation appropriée, à des ressources de l’organisme non utilisées. C’est sur ce principe que s’appuient les approches les plus récentes sur l’aide aux autistes.
L’autisme en quelques chiffres :
Des études récentes rapportent des taux de prévalence (nombre de personnes atteintes rapporté à la population) de l'ordre de 17/10 000 pour l'autisme et de 60/10 000 pour l'ensemble du spectre autistique. Cela signifie qu’environ six enfants sur mille
naissent avec des traits autistiques, et des pathologies voisines. C’est actuellement plus de 375000 personnes qui sont atteintes en France, et environ 5000 enfants qui naissent chaque année avec des traits autistiques. 
Seulement 10% d'entre eux ont une place dans une structure spécialisée en France.
Malgré les efforts grandissants des pouvoirs publics, les structures d’accueil sont largement insuffisantes ; des efforts sont faits pour la petite enfance, mais le manque de structures adaptées aux adultes autistes est criant.